Mes Coups de Coeur Culturels et bien d'autres...

Mes Coups de Coeur Culturels et bien d'autres...

DEADLINE * d'après le texte de Alison Cosson

                renduligthroom_larumeurpresse-7.jpg

              

 

1, 2, 3, 4, 5, 6…1, 2, 3, 4, 5, 6…1, 2, 3, 4 5, 6... c’est l’Horloge du Temps… C’est au rythme d’un mouvement de balancier des bras de la comédienne que s’égrène l’air,quelque peu désuet mais célèbre par son refrain, des « Pêcheurs de Perles » de l’Opéra lyrique de Bizet :
 

Ô nuit enchanteresse !
Divin ravissement !
Ô souvenir charmant !
Folle ivresse ! Doux rêve…

Et… sur fond sonore d’une tempête, les flots en colère grondent…les éléments se déchaînent…l’homme est confronté à l’infiniment grand et l’infiniment petit…

Les bruits, les sons, les mouvements précis et répétitifs des danseurs donnent à l’ensemble du plateau  un caractère parfois anxiogène qui fait prendre conscience des difficultés de l’homme à vivre dans ce monde tourmenté.
Quelques paroles prononcées par les comédiens et prises dans le texte de l’auteure, Alison Cosson, suffisent à donner du sens à ce spectacle. En effet, nul besoin de s’étendre sur le thème du Temps, puisque le Temps étant toujours en mouvement,  la réflexion ne peut être que limitée.

C’est ce qu’a voulu mettre en évidence, semble-t-il, Patrice Bigel, le metteur en scène, en nous présentant un spectacle d’une grande force, rendant sensible cette notion fugitive du temps par des gestuelles symboliques et des déplacements très graphiques. La chorégraphie peu banale est  un mélange de langueur et d’intensité, ponctué par une ambiance sonore étourdissante. Du théâtre dansé très inventif, d’une beauté singulière où tout concourt à une certaine pureté : celle des rais de lumière, la sobriété du décor sur fond de vagues ondulantes aux tons pastels et  les costumes en harmonie.  Les corps nous parlent avec intensité, à un rythme effréné !

Le vaste plateau est investi, habité dirais-je, par des comédiens talentueux dont le visage dégage une réelle jouissance de l’instant…où tout est impermanent et fugitif, « L’homme n’a point de port, le temps n’a point de rive. Il coule, et nous passons…. », semblent nous dire les interprètes.

Et, comme pour nous apaiser, le final nous entraîne dans une poésie totalement symbolique. Une boule énorme apparaît soudain, la Terre ! Un comédien est là, prêt à la saisir, prêt à l’enfourcher, il la fait évoluer. Etonnant de souplesse il fait corps avec elle, danse sur elle dans une belle symphonie.

Et puis…la terre tourne, tourne, tourne sur elle-même et s’arrête 

                                                 Rideau !

Mais peut-être qu’un jour,  s’arrêtera-t-elle de tourner ! Alors, on peut dire très certainement : il y a le Temps de la Terre et le Temps de l’Homme, celle de la Géologie et celle de l’Histoire !

Pour étayer cette réflexion, il est un extrait significatif dans le texte de « Deadline » : «  Quand un géologue observe une falaise, il voit bien ce qu’il s’est passé…Mais, ce qu’il va se passer ça il ne sait pas…. Il dit des millions d’années…Il aura fait un plan sûrement mais il n’y aura personne pour vérifier »…

Certes, « Avec le temps, va, tout s’en va  » mais….

 

…N’oubliez pas de voir ce spectacle, absolument ! Dans ce bel espace dénommé « L’Usine Hollander », étonnamment situé face à des logements occupés par des habitants venus d’ailleurs mais, dont le regard bienveillant avait un sens : « un théâtre en face de chez nous ! » . Ce qui n’est pas pour déplaire à Patrice Bigel, un  homme charmant, un cherchant, créatif,  inventif, sensible, de toute évidence à l’écoute des autres et qui puise certainement son inspiration dans le quotidien de tout un chacun.

Dans ce lieu dédié au théâtre, La Compagnie La Rumeur s’est installée, ayant Patrice Bigel comme metteur en scène et directeur artistique.

A n’en pas douter, gageons que cette pépinière de talents sera une réussite si…..la rumeur s’en mêle…

Scénographie et lumières : Jean-Charles  Clair

Conception sonore : Julie Martin

Conception graphique : Valentin Bigel et Alice Gavin

Les comédiens : Samih Arbib, Mara bijeljac, Francis Boleta, Sophie Chauvet et Anne Perrin.

----------------------------------------------------------

*   L’Usine Hollander 1 rue du Docteur Roux

94600 Choisy-le-Roi.

Réservations :  01 46 82 19 63  /  cie.la.rumeur@wanadoo.fr .

Site Web : compagnielarumeur.com

Jusqu’au 2 février 2014

(vérifier les jours de représentations ).
                                               

 

                                                                    Lydie-Léa Chaize

         Les rais de lumières et la mise en  valeur du travail

                                     des comédiennes

         larumeur-27.jpg

                                                                                           



11/12/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres