Mes Coups de Coeur Culturels et bien d'autres...

Mes Coups de Coeur Culturels et bien d'autres...

DES LIEUX CULTURELS PRESTIGIEUX... des Lieux quasi mythiques qui transcendent


" Vaux-le-Vicomte, un château dédié à la mémoire d’une France Eternelle " ***

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      

                                                                                  façade de près (Vaux).jpg
 Visiter ce château privé ouvert au public en compagnie de l’un des héritiers Alexandre de Vogüé, c’est y ajouter, s’il en était besoin, un supplément d’âme…parce qu’il nous emporte avec ferveur dans un passé historique flamboyant que toute la famille Vogüé concourt à préserver. Et, pour parfaire son élégance Alexandre de Vogüé a fait ouvrir la grille du château en notre honneur, la Presse Etrangère !
                                                                                                                                      la grille d'entrée chateau-de-vaux-le-vicomte.jpg
                                                                                                                                                                                                                                                                                  
                            
Aussitôt, nous empruntons la belle allée arborée pour entrer dans la Grande Histoire…
 …En 1641 Nicolas Fouquet a 26 ans lorsqu’il acquiert le fief de Vaux-le-Vicomte. Plus tard, devenu le surintendant  des finances de Louis XIV,  il y fait bâtir un Château. Son intelligence fut de s’entourer des plus grands créateurs de l’époque: l’architecte Louis Le Vau, André Lenôtre, le jardinier du Roi et Charles Le Brun, l’artiste-peintre et décorateur en vogue. C’est dire que l’œuvre réalisée ne pouvait être que grandiose. Après 20 ans de travaux herculéens, l’inauguration pouvait avoir lieu.                                                                 Le 17 août 1661, Fouquet donne une fête en l’honneur du roi. Une fête tellement dispendieuse que, le jeune roi furieux d’une telle débauche de luxe quitte précipitamment les lieux. Diantre ! Quelle impudence ! Comment  l’un  de ses sujets peut-il étaler autant de richesses !...                                                                                                                                          Peu après, le 5 septembre 1661,  Louis XIV fait emprisonner Nicolas Fouquet. Il est vrai que, depuis longtemps, Colbert ambitieux, calculateur et jaloux de la puissance du surintendant colportait la rumeur, selon laquelle Fouquet opérait des malversations et autres…. Cela, probablement,  pour cacher ses  propres turpitudes !...                                      Fouquet fut condamné au cachot à vie. Il y vécu pendant une vingtaine d’années et mourut en  1680.                                                                                                                     Plus tard, Voltaire dira : « Fouquet a vu trop grand. Le 17 août (1661), à 6 heures du soir, Fouquet était roi de France ; à 2 heures du matin, il n'était plus rien."                                 
Grandeur et Décadence, n’est-ce pas de tous temps le sort du genre humain ?                                                                                                                                     
Madame Fouquet fut exilée pendant 10 ans. Elle retournera vivre au château de Vaux un temps, puis le mettra en vente très rapidement.                                                                          En 1705, Claude-Louis-Hector de Villard, Maréchal de France devient acquéreur de Vaux-le-Vicomte et l’habitera longtemps. De vendeurs en acheteurs, le château restera à l’abandon pendant 30 ans et sera finalement vendu aux enchères.
Acheté en juillet 1875 par Alfred Sommier, un industriel sucrier français, le château fera l’objet de toutes les préoccupations de cet amateur d’art éclairé: gigantesques travaux de restauration de l’ensemble des bâtiments intérieurs et extérieurs, restructuration des jardins à la française qui avaient été dévastés, renouvellement des mobiliers de prestige,.... Jusqu’à sa mort en 1908, cet acquereur n’aura eu de cesse de retrouver l’aspect d’origine de cette demeure seigneuriale. seigneuriale.                                                                          Les générations successives ont eu le même engouement, celui d’embellir, d’entretenir, de respecter le patrimoine familial et d’en perpétuer l’œuvre.                                                     
En 1967, l’arrière-petit-fils de l’industriel, Patrice de Vogüé reçoit le domaine à l’occasion de son mariage avec Cristina Colonna di Paliano.                                                                Et, alors que grondent « les évènements de mai 68 », le couple annonce  l’ouverture  du château au public.                                                                                                                        En 2012, après des années d’un dévouement « sacerdotal » au prestigieux édifice, Patrice de Vogüé confie à ses 3 enfants « les rênes » du château de Vaux-le-Vicomte.                                                                               
Depuis, Alexandre, Ascanio et Jean-Charles de Vogüé poursuivent  la sauvegarde de ce chef-d’œuvre immense  qui, conçu il y a plus de 400 ans, a inspiré la France.   Louis XIV  ayant fait appel aux 3 génies de l’époque Louis Le Vau, André Lenôtre et Charles le Brun, pour créer en apothéose Versailles qui sera copié par de nombreuses Cours d'Europe.
La visite de ce lieu historique est un éblouissement constant.                                                                                                                                                                                                 De la grille d’entrée du château au fond du parc à perte de vue, son architecture et ses perspectives sont impressionnantes.                    
                                                   perspective vaux.jpg
Des chambres à coucher parées d’alcôves intimes aux somptueux salons d’apparats, en passant par l’immense bibliothèque jusqu’aux peintures des murs  et des plafonds, sans oublier les tableaux, les sculptures, les tapisseries, les meubles  - dont un bureau dessiné par Boulle -  parfois d’époque, parfois des copies,...,tout est d’un  raffinement exceptionnel.                                                                                                                                                                                                                                      plafond et chambre V L V YANN PIRIOUX (63).jpg
                                       
                                             De magnifiques bustes d’empereurs romains dans le salon central, à forme ovale                                                     le salon central anciennemnt salle des gardes.jpg
                                                                                 - unique architecture de l'époque-
Dans ce château, tout ou presque, est à la gloire de Fouquet qui, ayant adopté l’emblème familial l’écureuil, a eu pour devise "Quo non ascendet ? "(Jusqu'où ne montera-t-il pas ?).      Et, plus grande aura été sa chute...                                                                                                                                        Emblème l'écureuil de fouquet.png
                                                                                                                                                                                                                                                                                                          
A l’extérieurs, les 33 hectares de jardins à la française restituent la gloire d’antan. Les amoureux de la nature y trouveront leur content car, au détour d’une flânerie étonnante ce n’est que symphonie et enchantement de tous les sens : bassins, jets d’eau, bosquets, statues, vasques, fleurs, gazon, .…                                                                                                          Il n’est que de rappeler l’art poétique d’un intime des lieux Jean de La Fontaine. Amoureux de ce château jusqu’à  l’obsession, il écrivit « Le Songe de Vaux »:                             … ... « Il (Fouquet) me fit voir en songe un palais magnifique, 
 Des grottes, des canaux, un superbe portique,                                                                                                                                                                                                                     Des lieux que pour leurs beautés                                                                                                                                                                                                                                            j’aurais pu croire enchantés,                                                                                                                                                                                                                                                        si Vaux n’était point au monde »…..                                                                                                                                                                                                                                           ….. « Je vis des plantes, je vis des marbres, je vis des cristaux liquides, je vis des animaux et des hommes …..                                                                                                                      Je m'imaginai que j'étais allé trouver le Sommeil, pour le prier de me montrer Vaux…..                                                                                                                                                             …..Le logis du dieu est au fond d'un bois où le silence et la solitude font leur séjour: c'est un antre que la Nature a taillé de ses propres mains, et dont elle a fortifié toutes les avenues contre la clarté et le bruit ».                                                                                                                                                                                                                                                          Cette ode, à l’instar de Verlaine qui, lui amoureux de musique, dira plus tard «De la musique avant toute chose ».                   
Corneille, La Fontaine, Molière et tant d’autres de nos brillants auteurs ont foulé le sol de ce fabuleux trésor.                                                                                                                          Alors aller sur leurs pas, c’est retrouver ce passé historique flamboyant !
Que ce soit, à pied, en calèche ou en voitures électriques, tout a été conçu pour le confort et le plaisir des visiteurs.                                                                                                       Dans ce temple de la beauté, la culture et les nombreux loisirs sont au rendez-vous. En substance:                                                                                                                                       *  Du 29 avril au 5 novembre, « Les Jeux de La Fontaine » sont une aventure scénarisée dans la rivière souterraine.                                                                                                        Ils se tiennent tous les week-end, jours fériés et vacances scolaires (zone C) .                                                                                                                                                                      Et, quelques évènements exceptionnels en 2017 :                                                                                                                                                                                                                  *  Soirée aux chandelles, tous les samedis du 6 mai au 7 octobre                                                                                                                                                                                             *  Journée Grand Siècle, le dimanche 11 juin.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        journée Grand siècle à vaux VLV photo B.LECUYER-BIBAL_3519.jpg
 *  Un Noël gourmand à partir du 25 novembre, pour des moments de partage familial et, peut-être même en partage avec la famille Vogüé ?...                                       
 Visiter le Château de Vaux-le-Vicomte, c’est passer des instants jubilatoires, c’est découvrir la beauté qui fascine et l’harmonie qui apaise, grâce au talent et au génie de ces hommes d'un siècle particulièrement glorieux, le XVII ème siècle.                                                                                                                                                                                                         Et, s’il est encore besoin d’encourager tout un chacun à aller à la découverte de ce lieu quasi mythique, qu’est le Château de Vaux-le-Vicomte, je laisse le mot de la fin à Monsieur Patrice de Vogüé :  « Quatre-vingt trois ans que j’y vis, j’en subis encore l’émerveillement. La perfection vous atteint  en plein cœur ».                          
                                                                                           --------------------------------------------------------------                                                                                                                                         
                                                                                                                 Le saviez-vous ?                                                                                                                                                         *   le 24 avril 1671, François Vatel, le cuisinier de Louis XIV, se suicide à cause d’un retard de livraison de poissons, prévus pour un banquet.                                                                 *  Vaux-le-Vicomte, est un domaine de 500 hectares à entretenir. Un gouffre financier qui impose la location  du château pour des tournages de films ou des réceptions diverses.    Par exemple, une soixantaine de films ont été tournés à Vaux, signés Claude Chabrol, Sofia Coppola ou Bertrand Tavernier, entre autres.                                                                          *  7 millions d'euros par an sont nécessaires pour faire vivre et entretenir ce château.                                                                                                                                                          70 employés permanents œuvrent à Vaux.                                                                                                                                                                                                                             *  300 000 visiteurs, qui s’enrichissent chaque année de nouvelles activités culturelles et de loisirs.                                                                                                                                       *  une partie de la famille Vogüé habite dans l’un des bâtiments du château.                                                                                     
 --------------------------------------------------------------------                                                                                                                               
Pour en savoir plus, un livre illustré  passionnant:                                                                                                                                                                                                                     Un jour à Vaux-le-Vicomte » de Alexandre, Ascanio et Jean-Charles de Vogüé. Photographies de Bruno Ehrs. Editions Flammarion, Paris 2015.
 * * * Château de Vaux-le-Vicomte, 77950 Maincy.                                                                                                                                                                                                                Informations : 01 64 14 41 90 / 01 60 69 90 85 / www.vaux-le-vicomte.com                                                                                                                                                                    Réservations pour les navettes partant de Paris: www.paris.cityvisiopn.com                                                                                                                                                                     En train (une heure au total): de Paris/gare de l’Est jusqu’à Verneuil l’Etang, puis navette châteaubus.                                                                                                                       En voiture : à 50 minutes de Paris par la A4.
                                                                                                                                                        24 mai 2017
                                                                                                                                                                                  Lydie-Léa Chaize

24/05/2017
0 Poster un commentaire

Dominique-Charles Janssens et L'Institut Van Gogh *

 

  

                                                  

 

                                                              

                                                    La devanture de l'Auberge au XIX ème siècle

 

Presque tout a été dit et écrit sur Van Gogh, son œuvre, sa vie et sa mort plus ou moins énigmatique mais, savez-vous qui a contribué à faire la célébrité de cette petite ville Auvers-sur-Oise, où le célèbre peintre, avant-gardiste  du fauvisme, a vécu 70 jours seulement et peint plus de 70 toiles ?  

Il s’agit de M. Dominique-Charles Janssens - d’origine belge -  qui, passant par hasard ou plutôt « par accident » comme il aime à le dire, traverse le village en  voiture et se fait percuter par un chauffard. C’était en 1985, il avait 37 ans. Là où, un  siècle auparavant Van Gogh avait séjourné et était mort à 37 ans ! Qui a dit : « Il n’y a pas de hasard. » ?...

Dès lors, M. Janssens n’a de cesse de s’intéresser de plus près à Vincent et à sa foultitude  de lettres, pour la plupart adressées à son frère Théo. Des écrits *** riches de son authenticité d’homme, riches de pensées obsédantes multiples, de  son goût pour le dessin et la peinture, de son avidité à construire une œuvre, mais aussi d’un esprit vif et éclairant, empreint de poésie :                                                                                                          

« Auvers est bien beau, beaucoup de vieux chaumes, entre autres,                                                          ce qui devient rare, réellement c’est gravement beau,                                                                              c’est de la pleine campagne caractéristique et pittoresque…                                                                        ….. la peinture promet de devenir plus musique »… 

                                                                    

                                                                                                              Vincent à Théo, Auvers/Oise 1890.

 

En 1986, Dominique-Charles Janssens, achète l’Auberge Ravoux**, classée Monument historique, et réhabilite l’endroit à l’identique.                                                                                                                   La salle-à-manger avec son bar et son buffet de l’époque, les torchons à carreaux rouge et blanc qui recouvrent les tables et sur lesquelles aimait dessiner le peintre, sont autant de réminiscence d’un passé, somme toute pas si lointain.                                                                                                                              Cette salle restant un lieu où se sustenter d’une bonne cuisine traditionnelle.         

Là-haut, vous pourrez découvrir la minuscule chambre où a dormi l’artiste. Elle est vide et  n’a besoin d’aucun artifice tant l’ombre de l’artiste y plane… Seule sa chaise évoque sa présence et ces mots écrits de sa main - dans un sous-verre suspendu - nous révèle un désir profond de reconnaissance: « Un jour ou un autre, je crois que je trouverai le moyen de faire une exposition à moi dans un café ».                                                                                                                                                            Cette chambre pourtant vide nous parle, nous émeut et nous touche au point d’espérer y découvrir l’ombre de ce Maître prodigieux.

                                                      

                    

              La montée d’escalier vers                                        « un jour ou l’autre….. »                                             la 

                  la chambre n° 5

 

Ce lieu devenu mythique est jalousement préservé par Dominique-Charles Janssens, passionné d’Art et passionnant lorsqu’il raconte Van Gogh….Cet homme charmant et généreux nous communique son enthousiasme, sa ferveur et nous entraîne à faire sien le rêve du Maître pour devenir réalité; celle d’exposer une toile dans cette pièce - louée pour une modique somme par Van Gogh -   pour qu’elle soit à jamais, « une chambre avec vue ». sic.                                                                                                                 En En effet, l’Institut Van Gogh que M. Janssens a fondé, envisage l’achat d’un  tableau, avant 2015. Dans cette magnifique perspective, souhaitons que les mécènes soient au rendez-vous !... puisque 2015 sera l’année qui marquera le 125ème  anniversaire de la mort de l’artiste néerlandais à Auvers-sur-Oise.

Auvers-sur-Oise, une petit ville si attachante, parfaitement authentique, également classée donc préservée de toute tentative de construction anarchique. Une cité, à quelques encablures de Paris, qui nous transporte de joie par ses multiples aspects dont, la beauté d’une nature encore intacte, composée de paysages enchanteurs qui ont tant inspiré cet artiste Unique.

 

                                        

                                                Le Champs de blé aux corbeaux, juillet 1890

                            

 Partez à la découverte de ces endroits magiques où, vous serez subjugué (e) par leurs diversités culturelles où, cependant la sérénité vous surprendra, à tel point que vous serez envahi(e) d’un bonheur indicible !...

 

---------------------------------------------------------

A 30 mn de la gare du nord !

*     la ville d’Auvers : 01 30 36 60 83 /  www.auvers-sur-oise.com                                                      **    l’Auberge Ravoux :  01 30 36 60 60   /  www.maisondevangogh.fr / 

       stephanie.piard@vangoghfrance.com                                                                                                                                                                                                     

***   "Ecrits et  pensées " de Wouter Van Der, éditions:  www.cherche-midi.com                                                                               

                                                                                                                                                                                                                                                                                       ***

 

                                                                                           Lydie-Léa Chaize                                                 

                                                                                                             

                                                                                                                                       avril 2014

 


28/04/2014
0 Poster un commentaire

Le Théâtre Ephémère de La Comédie Française

La Comédie Française, c’est Muriel Mayette parce qu’elle incarne, à elle seule, la Comédie dans ce qu’elle a de plus léger, de plus tendre, de plus délicieux. Cette femme passionnée de théâtre vous emporte dans sa gourmandise : découvrir de jeunes talents - créateurs, auteurs, acteurs - de tous horizons, méconnus de la sphère « parisianiste », choisir de beaux textes, faire rayonner cette institution sous d’autres cieux, sur d’autres scènes, dans d’autres pays, …

Muriel Maryette, 477 ème sociétaire,  est la première femme administratrice générale de la Comédie Française, maison ancestrale inspirée par Louis XIV et fondée par lettre de cachet le 21 octobre 1680. Entrée à 20 ans comme comédienne dans des rôles divers et variés, elle est à ce poste depuis le 4 août 2006

A mon goût, nous n’étions pas assez nombreux (les journalistes de l'Association de la Presse Etrangère), hélas ! à suivre ce guide hors pair, pour nous faire  découvrir Le Théâtre Ephémère, construit dans les jardins du Palais-Royal, tout près des Colonnes de Buren qui avaient fait couler beaucoup d’encre, en son temps !

Pendant les grands travaux  entrepris dans La Salle Richelieu, le spectacle continue, toujours inlassablement, dans ce nouvel espace, relié au bâtiment historique. Pour y arriver, Muriel Mayette nous fait passer par les méandres des corridors souterrains, confortablement aménagés pour que la troupe puisse circuler dans les meilleures conditions de confort et de sécurité. Nous débouchons alors, sur une grande et belle scène en épicéa gris-vert devant une impressionnante salle aux murs d’un épicea blond et, devant 750 fauteuils d’un rouge écarlate qui nous tend les bras…

Muriel Mayette, accueillante, bienveillante, énergique, nous communique son enthousiasme  voire sa ferveur. Diriger et conduire 400 personnes ne doit pas être une mince affaire quand on n’a de cesse d’être dans la tradition sans oublier d’évoluer dans la modernité. A la question qu’elle se pose : « Comment célébrer ce mariage  parfait entre le cœur et le corps lorsque le rideau se lève ? Elle répond, en substance :

« C’est un temps magnifié pour défier l’Eternité ».

Puisqu’elle est la première femme à ce poste, gageons et souhaitons-lui d’y battre le record de longévité, pour entrer dans l’Histoire de La Comédie Française !

Valère Novarina a écrit : «  Le théâtre est la passion de la pensée dans l’espace ».     

Sans vouloir le plagier mais, tout de même en m’inspirant de lui, je dirais :

« Le théâtre est la passion de la pensée dans l’espace, dans le temps et dans le cœur de Muriel Mayette.

 Merci, Belle Dame, pour ces instants d’autant plus inoubliables qu’ils sont rares !

 

Lydie Léa Chaize,

 

 

               DSC00165[2]image avec Murielle Mayette de la comédie française.JPG


15/02/2014
0 Poster un commentaire