Mes Coups de Coeur Culturels et bien d'autres...

Mes Coups de Coeur Culturels et bien d'autres...

" Rostam et Esfandiâr de Ferdowsi "

 

                                                             

                                       

                                             

                                                             

C’est un étrange spectacle, empreint d’une mystérieuse poésie, qui se joue actuellement au Théâtre de l’Epée de Bois.

Le metteur en scène de cette pièce Farid Paya, de culture iranienne et française     signe l’écriture et la traduction de l’œuvre en persan de Ferdowsi, l’un des plus grands poètes d’Iran, au Xème siècle de notre ère. Cette œuvre poétique lui a demandé 30 années de travail, c’est dire presque toute une vie… le Shâh-Nâmeh ou « Le Livre des Rois » raconte le passé mythologique et fabuleux de l’Iran.

Farid Paya a choisi trois épisodes de cette épopée pour les adapter à la scène, dont le combat titanesque de Rostam et Esfandiâr auquel nous avons assisté.

L’histoire raconte que Rostam, fils du roi d’Iran, ayant en  maintes  occasions prouvé sa bravoure, souhaite monter sur le trône, ce qui n’est pas du goût de son père qui s’accroche obstinément au pouvoir, son unique objet…du désir !.. Ayant appris de son astrologue que son fils allait à une mort certaine s’il affrontait en combat singulier Esfandiâr - héros toujours invaincu désormais retiré dans ses terres - le roi ordonne à Rostam d’accomplir une mission qu’il sait impossible : ramener Esfandiâr pieds et poings liés pour qu’il lui fasse allégeance. Dès lors, le sort de Rostam est scellé…

La Compagnie du Lierre, qui allie art dramatique, pratiques corporelles et musique, restitue en une remarquable performance l’univers de l’épopée. Les combats s’effectuent en une manière de danse, qui leur confère une dimension esthétique. Les dialogues se font récitatifs, convenant parfaitement au Sacré, au monde des légendes lointaines et ponctués de chants, comme ceux de la mère et du frère de Rostam qui disent la douleur de la perte. Conçus par Evelyne Guillin, les vêtements empruntent, sans véritablement les imiter aux miniatures persanes. sic.  et contribuent pour beaucoup à emmener le spectateur dans ce temps et cet espace radicalement autres.

 
   
                                     
Dans ce spectacle, deux visions de la vie s’affrontent : celle du guerrier belliqueux en quête de reconnaissance et de pouvoir et  celle du héros pacifiste qui veut goûter le repos auprès des siens. A l’évidence, pour nous occidentaux, il n’est pas toujours aisé de s’acclimater à tant d’étrangeté et pourtant ce sont des questionnements éternels et universels qui sont là, mis en scène devant nous.

Tentez donc l’expérience du dépaysement : là où tout semble autre, se niche, malgré tout, le même. Et au moment où vous vous croirez définitivement ailleurs, vous entendrez en vous un écho, affaibli certes, mais qui par-delà les siècles vous parlera de votre présent, de votre ici et maintenant.

A voir autant qu’à écouter !

 

---------------------------------------------------------

*  Théâtre de l’Epée au Bois, La Cartoucherie, route du Champ de Manoeuvre          

    750012 Paris.  Réservations : 01 48 08 39 74

     www.epedebois.com / www.compagniedulierre.com

     Jusqu’au 29 juin 2014

                                                                        

                                                                                                                                    Sandrine Cambou

                                                                                                                                     Lydie-Léa Chaize

 



19/06/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres