Mes Coups de Coeur Culturels et bien d'autres...

Mes Coups de Coeur Culturels et bien d'autres...

"The Servant " de Robin Maugham *

 

 

Traduction et adaptation de Laurent Sillan.                                                                                                                                                                                                                      Mise en scène de Thierry Harcourt.

                                                           

                                                                                                         AFFICHE the-servant.jpg

 

Si l’adaptation cinématographique de l’œuvre de Robin Maugham par Joseph Losey  a eu un énorme succès en son temps, il n’en reste pas moins que cette adaptation théâtrale est remarquable. Remarquable en bien des points.                                                                                                                                                                                                      Un décor sobre et élégant qui suivra le rythme de l’action  en  passant du raffinement à la désolation. Le raffinement, dans ses comportements et ses goûts, d’une certaine aristocratie anglaise du XIXème siècle qui va déclinante. Et plus encore, au travers de Tony un être faible, velléitaire et paresseux, revenu des colonies avec de très très mauvaises habitudes colonialistes. Quant à la désolation c’est celle du fracas d’un désordre tant matériel que psychique.                                                                                  Désirant s’installer définitivement à Londres dans une maison de ville, le dandy Tony engage un domestique, « une perle », semble-t-il, qui sait tout faire à tel point qu’il prendra en main toute la logistique du moindre espace de cette demeure. Désormais, ce maître de céans Tony, interprété par Xavier Laffitte devient, dans une lente déchéance, l’esclave du Majordome Barret, qu’interprète avec un brio  « so british ! » Maxime d’Aboville.                                                                               

           

                                                                                                         maxime-d-aboville et xavier-lafitte.jpg
      

 Situation qui n’est pas sans rappeler la dialectique du maître et de l’esclave, théorisée par Hegel dans son ouvrage « La Phénoménologie de l’Esprit ». Le  maître, finissant par s’en remettre à l’esclave, perd tout son pouvoir au profit de  l’intrus.                                                                                                                                                                          Des face-à-face délectables mettent en lumière crescendo le comportement pervers, manipulateur voire machiavélique du Valet, en miroir à son Maître affublé d’une mentalité en décrépitude. Il s’agit en somme d’une confrontation entre deux milieux sociaux totalement opposés où le monde des nantis cohabite difficilement  avec celui des opprimés. Néanmoins, pour l’un comme pour l’autre, les femmes restent des objets: les conseils de Sally (Alexie Ribes), l’amoureuse de Tony, sont pris à la légère et, la pétillante Roxane Bret (alias Vera) est en permanence un objet de désir…                                                                                                                    
Tous les comédiens sont bons : Roxane Bret (très prometteuse), Adrien Melin, Alexie Ribes mais, Xavier Laffite aurait bien mérité à l’instar de Maxime d’Aboville, d’un  Molière du comédien 2015. Pourquoi pas un prix exæquo ? Le rythme de la pièce est en synergie avec la fluidité du texte, sans fioriture aucune, seulement rythmé par une bande-son jazzy mémorielle. La mise en scène très juste de Thierry Harcourt, les costumes et les éclairages, tout contribue à nous mettre dans l’ambiance des années cinquante et au succès de cette  pièce étonnante par ses nombreux rebondissements qui atteignent des sommets dans l’horreur de la manipulation par des êtres sans âmes …                                                                                       
N’hésitez pas à aller déguster ce moment de théâtre contradictoirement réjouissant !
--------------------------------------------------------
* Théâtre de Poche-Montparnasse, 75 boulevard du Montparnasse 75006 Paris.                                                                                                                                           Réservations : 01 45 44 50 21 / www.theatredepoche-montparnasse.com                                                                                                                                                             Du mardi au samedi à 19h, dimanche à 17h30. NOVEMBRE
   Jusqu’au 12 juillet 2015. DESORMAIS JUSQU'AU 8 NOVEMBRE 2015
                                                                                                                                                                                    Lydie-Léa Chaize 

   

 

                                                                             

 

 

                                                                

 

 



18/05/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres