Mes Coups de Coeur Culturels et bien d'autres...

Mes Coups de Coeur Culturels et bien d'autres...

" Le Misanthrope " de Molère **

    

Mise en scène de Peter Stein.

                                                                                 

                                                                                                                                                                                                 

 

                                                 affiche40x60-MISANTHROPE-REVENDEURS-BD.jpg
           

Un texte indémodable qui témoigne de l’art du portrait de Molière, de la persistance des défauts inhérents à la nature humaine, évidents depuis la nuit des temps… Fourberies, tromperies, hypocrisies, trahisons sont notamment l’apanage des gens de la Cour de Louis XIV, qui se voulait être un monarque absolu. En contrepoids à cette ambiance de l’époque, Molière s’insurge en écrivant Le Misanthrope.

                   

                                                                                                images trio(1).jpg

                             

 Il crée un Alceste, intraitable sur les compromissions et les faux-semblants de l’époque. Il revendique un amour absolu auprès de la jolie  Célimène (Pauline Cheviller), « La doucerette médisante» sic, qui se joue de tout. Lambert Wilson interprète Alceste, cet amoureux transi au point d’être parfois magnifiquement pitoyable..., avec la maestria qu’on lui connaît. C’est dire son talent d’autant que, dans la vraie vie quand on l’entend ou qu’on le côtoie, on ne peut l’envisager en misanthrope intransigeant...                                                                                                                                                                                      Qu’il touche à n’importe quelle discipline artistique, son talent éclate: il chante, il danse, il met en scène et interprète toujours ses rôles avec panache. Au cinéma, qui  ne se souvient des films « Des Hommes et des Dieux », «Alceste à bicyclette », « Hiver 54 » (pour lequel il a eu le prix Jean Gabin) ? Ou encore au théâtre, dans Bérénice, dans Les Caprices de Marianne, et tant d’autres… Sa biographie est impressionnante.

Ici, la mise en scène de Peter Stein reste classique à l’instar des sobres décors de Ferdinand Woegerbauer. 

Habillés somptueusement par Anna Maria Heinreich, les comédiens donnent la réplique, souvent empreinte de réserve, à ce comédien de charme, Lambert Wilson, en habit noir qui lui sied à merveille. Une mention spéciale pour Jean-Pierre Malo alias Oronte, très à l’aise dans son rôle d’homme humilié.

 

                                                                                                                 images.jpg

                                

Magistral !... Lambert Wilson nous brosse un aristocrate sombre, inhabituellement exigeant, qui renoncera à cette vie artificielle en se retirant vers un monde à sa démesure, le désert, dans un final saisissant de mystère et de mélancolie, voire de beauté.    

          

A découvrir ou à redécouvrir, une œuvre de toute éternité.      

 

 ----------------------------------------------------------------------------------

 

**   Théâtre Libre-Le Comedia, 4  Boulevard de Strasbourg 75010 Paris

      Réservation : 01 42 38 97 14 / www.le-comedia.fr

 

                                                                                      jusqu’au 18 mai 2019

                                                                                                                                                                                               

                                                                                                                                                                                                                 Lydie Léa Chaize



23/03/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres