Mes Coups de Coeur Culturels et bien d'autres...

Mes Coups de Coeur Culturels et bien d'autres...

LES EXPOSITIONS (mes impressions sur celles qui ont éveillé ma sensibilité cardiaque)

Celles qui ont éveillé ma sensibilité cardiaque !

 


" La voie de l'Opéra " par l'artiste-peintre Mouna Rebeiz *

                                                                                                                               portrait de Mouna Rebeiz.jpg
Il y a 2 ans, nous avions eu l'avantage de découvrir en avant-première à Paris, l'exposition de l'artiste franco-libanaise Mouna Rebeiz sur le thème du "Tarbouche" (voir l'article écrit en 2015) qui devait se tenir à Londres à la " Saatchi Gallery ".                                                                                                                                                                                                       La qualité picturale de cette artiste et sa créativité nous ont incités à la suivre désormais dans son parcours singulier.                                                                                          Aujourd'hui, elle présente à Paris, des œuvres monumentales dans la galerie d'exception de Pierre-Alain Challier sur le thème de "20 opéras majeurs".                                            Vous dire que c'est là une explosion de couleurs, qui éclate et nous ravie, est en deça des mots.
A travers de nombreux tableaux, par exemple ceux de Carmen, La Traviata, Samson et Dalila, L’Orféo et La Quinta (un corps d'un blanc immaculé sur fonds noir), on retrouve ce corps féminin qui est pour l'artiste une source d'inspiration constante.                                                                                            
   carmen de bizet mouna rebeiz2-2.JPG                                                                                      "Carmen" de Bizet                                                                                                                                                           " La Quinta " de Gabriel Yared                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                              N'a-t-elle pas écrit ? " La vie commence avec les femmes et se termine avec les femmes. C'est mon histoire".                                                              
 Citons aussi ce tableau sur "Don Giovanni", dans une envolée picturale d'un cœur meurtri qui nous touche  au plus profond de nous-mêmes, dans l'éternel mozartien...
                                                                                    " Don Giovanni " de Mozart
Et, ce "Vaisseau Fantôme", peint avec des feuilles d'argent rehaussant l'aspect très graphique de l'œuvre. De même que le tableau intitulé " Salomé " de Richard Strauss.
          
                                    Le Vaisseau Fantôme de Richard Wagner Mouna Rebeiz1-2.JPG " Le Vaisseau Fantôme " de Richard Wagner      
 Et, cette Dame de Pique, légère comme une plume au vent !...                                                 
                                                                       " La Dame de Pique " de Tchaïkoski
En apothéose de cette exposition, vous admirerez une immense toile de 14 mètres de long, de facture contemporaine. Inspirée par la magnifique  symphonie chorale  "Mythodea" de Vangelis, cette fresque  évoque aussi, à l'instar du fameux poème de Beaudelaire, les correspondances entre les parfums, les couleurs et les sons. Dans cette œuvres, précisément, Mouna Rebeiz fait entrer en résonance sa palette de couleurs avec les  notes de musique évocatrices et fortes du compositeur grec.
Plus généralement, on peut dire que l’artiste  se nourrit de la musique qu’elle écoute en peignant et puise son énergie dans cette puissance créatrice, hors normes.  A n’en pas douter Mouna nous livre son âme à travers  sa peinture et tant d’harmonie et de beauté nous enchantent. L’artiste  nous offre de passer d’un monde réel à un monde irréel, empreint de poésie. Que d’envolées lyriques picturales !..
Mais, il ne suffit pas de voir avec ses propres yeux... Comme l’a écrit si justement Saint-Exupéry:                                                                                                                              "L'essentiel est invisible pour les yeux, on ne voit bien qu'avec le Coeur".
Courez, collectionneurs ou non, vous plonger et vous ressourcer dans cette exposition vibrante et... grandiose !
-----------------------------------------------------------------------------------
*   Galerie Pierre-Alain Challier,  8 rue Debelleyme  75003 Paris.                                                                                                                                                                                        01 49 96 63 00  /  www.pacea.fr                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    01
                                                                                                 Jusqu’au 11 février 2017
 N.B. Dans un magnifique catalogue préfacé par le compositeur grec Vangelis, vous découvrirez une biographie intéressante dont un parcours quelque peu atypique, de beaux textes de Mouna Rebeiz et des reproductions de belle qualité des tableaux de l’artiste.
                                                                                                                                                                                                                                Lydie-Léa Chaize, journaliste

03/02/2017
0 Poster un commentaire

" Biennale de Sculpture " à Yerres *

                                                                                                          

                                           

Une biennale qui se tient dans un lieu désormais magique tant la propriété Caillebotte a été recréée, aménagée et revisitée depuis quelques années
L’année dernière s’est tenue une exposition de belle qualité (voir dans cet rubrique l’article intitulé « Les Rouart »).                                                                                                           Cette année, nous avons le privilège de découvrir, dans le cadre de la 4 ème édition de La Biennale de Sculpture, de nombreuses œuvres d’une grande diversité sans exclure une qualité évidente.
Pendant longtemps, la sculpture a été « le parent pauvre » de l’Art par rapport à la peinture, tant dans le choix des matériaux, le marbre, le bronze, l’or,…, que dans les formes plus ou moins académiques et le choix des sujets, plus ou moins allégoriques.
Depuis le XXème siècle, la sculpture a évolué considérablement. De Rodin (sans oublier Camille Claudel) à Daniel Buren en passant par Constantin Brancusi, Pablo Picasso, Alexander Calder, Jean Dubuffet, Louise Bourgeois, Nikki de Saint-Phalle et bien d’autres.
Peut-être que, grâce à la mondialisation, entraînant une offre diversifiée des œuvres, et aux évolutions technologiques, la sculpture contemporaine a effectué, au fil des décennies, une véritable révolution en devenant une discipline vivante et protéiforme.                                                                                                                                                                                       « Les écoles » et les tendances ayant été  longtemps à la simplification, voire à l’épure des formes, désormais la sculpture est multiple, elle occupe l’espace, qu’il soit privé ou public,   et défie le temps…
Pour toutes ces raisons, on peut dire sans se tromper que le public commence à avoir un engouement de plus en plus grand pour cette discipline sous toutes ses formes…Qu’elle s’inscrive dans un tableau mural ou qu’elle s’expose différemment. Quoiqu’il en soit, de nos jours nombres de sculptures font corps avec la nature et mettent en évidence un lieu, un paysage….Alors, composées de matériaux divers et variés (plastiques, cartons, végétaux, éléments organiques,…) ces œuvres d’art s’entremêlent et se répondent au gré de l’artiste, de ses choix, de ses craintes, de ses espoirs…
Par chance, cette biennale nous offre un magnifique panorama architectural de sculptures de styles et de genres de toute beauté.
Dans l’Orangerie, de style néo-classique, de la propriété Caillebotte, nous découvrons notamment, à même le sol, l’œuvre de Léa Dumayet « Nuée », composée d’un matériau pour  le moins inattendu, un déploiement très graphique d’os de sèche.                                                                                                                                                                                                                                                       léa dumayet (os de seiche).jpg
En substance, l’artiste explicite ainsi son travail: « Je n’ai pas de matériau de prédilection….Chacune de mes sculptures a une histoire liée à la vie d’autres personnes en lien avec les matériaux. Le contact avec l’autre m’est indispensable ».                                                                                               
Dans une bâtisse dénommée La Ferme Ornée sont exposées des œuvres de conceptions et de factures très diverses. Par exemple:                                                                               * L’« Homme-Crâne », un délicat fusain sur papier d'Agnès Bracquemond.                                                                                                                                                      homme crâne.jpg
                                                
                                                                                                                                                                                                  
                                                     
                                                                                                                                                                                                                                                                                                          
* « Cristallisation n°3 », en verre, plâtre et charbon de bois, une performance technique du maître-verrier Pascal Convert.                                                                                                     * « L’Oiseau dans l’espace -1 épreuve gélatino argentique de Brancusi.                                                                                                                                                                            * « Le Gâteau du dimanche », en papier mâché peint de Chasse-Pot, un   style reconnaissable, irrésistiblement drôle !                                                                                                        *  Et, la « Grande Figure », en bronze de  l’incontournable artiste suisse Alberto Giacometti.                                                                                               
* Sculptrice et écrivain, Mâkhi Xenakis se rappelle son enfance estivale avec son célèbre père Iannis Xénakis, en créant les « 3 méduses », des aquarelles bleues et encres sur calque découpé. Un beau travail symbolique !                                                                                                                                                                                                                                                    Méduse de makhi xenakis%20encre%20aquarelle%20100X140%202015.jpg
                      
 Dans le Parc de la propriété, sont judicieusement bien exposées des sculptures monumentales. On y trouve entre autres :                                                                                               *  l’œuvre de Jaume Plensa« Isabella », une tête en fonte de fer, toute en sérénité qui, installée sur un monticule de terre, s'impose à l' horizon !
 DSC_6124[1] Les heures tombent.jpg                                                      isabella.jpg
                                                                                 
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                   * Tandis que « Les Heures tombent », représentant 7 personnages en chêne noirci, gigantesques et altiers, paraissent dominer le monde ! Cette œuvre de Christian Lapié, placée en contrechamp des arbres au loin, donne une impression d’immensité. 
* Plus loin, une œuvre plus intimiste mais surprenante de Alain Kirili intulée « Suite musicale », dont il dit : « Mes sculptures sont des corps vivants et non des objets. Il  y a un phénomène d’incarnation qui marque mon travail ».
* Au détour de notre flânerie et dans un bel espace, 2 créations métaphoriques nous emportent dans une sorte de songe poétique. De l’artiste Florence de Ponthaud « L’Oiseau Comète », un mobile en bronze, oscille et se déploie, en suspension au-dessus de son nid fait de brindilles, tandis qu’en écho, sur  un espace circulaire de terre surélevée, l’installation in situ de « La Grande libellule aux aguets », en bois de châtaignier et bambous, semble contradictoirement menaçante... Un beau duo attendrissant. Deux  œuvres sensibles à l’image de l’artiste qui explicite son travail ainsi : « Entre ciel et terre, entre ombre et lumière de bronze transformées mes mains ont assemblé les branches échouées que le vent m’a déposées en quête d'éternité».                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         la grande libellule de F de P à YèrresIMG_0224.jpg                                                         les 2.jpg


                                                                                                                                                                                                                                                                                                 
                                                                                                                                                                                                                          
Partez à la rencontre de toutes les œuvres sélectionnées pour vous.                                                                                                                                                                                   Parcourez les salles bien agencées de la Propriété de ce généreux mécène qu’était Caillebotte.                                                                                                                                            Flânez dans ce somptueux parc à la rencontre de ces artistes de talents, connus ou moins connus peu importe, puisque que vous serez enthousiasmé (e) par tant de créativité, tant de beauté dans le silence d’un univers onirique et flamboyant.                                                                                                                                                                                                  « Le Corps de la Sculpture », c’est le thème évocateur de cette Biennale à l’image de l’artiste, à l’image du corps humain qui, depuis la Renaissance a toujours inspiré bon nombre de créateurs. Un corps humain, certes éphémère, mais de toute éternité……
--------------------------------------------
*  Propriété Caillebotte, 8 rue de Concy 91330 Yerres                                                                                                                                                                                                           www.proprietecaillebotte.com                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     jusqu’au                                                                                                                                                                                                                               10 juillet 2016
                                                                                                                                                                                                           Lydie-Léa Chaize

09/05/2016
0 Poster un commentaire

" Pierre le Grand " au Château de Versailles ***

                                                                     affiche pierre le Grand.docs.jpg
De tous  temps les « Grands  Hommes » ont voulu voyager pour s’enrichir du talent et de l’expérience des autres, et mettre à profit ce capital dans le but d’en faire profiter leur propre pays.                                                                                                                                                                                                      Issu de la dynastie des Romanov, Pierre le Grand n’a pas échappé à la règle. Il entreprendra un long voyage en Occident, dont la France où il séjournera du 21 avril  au 21 juin 1717.
Le fruit de cette visite, trois cents ans après, est couronné par une belle exposition au Château de Versailles, grâce à une étroite collaboration avec le célèbre Musée l’Ermitage de Saint-Pétersbourg.
  vue d'ensemble d'une salle pierrelegrand6.jpg
                                                                                                                                                                                                                                                                   Cette exposition témoigne de l’engouement du souverain pour les sciences et les techniques (plans de fortifications, instruments de mathématiques et d’astrologie,…), de son goût pour les arts décoratifs (notamment lui a été offerte, une tapisserie en laine et soie de Jean Jouvenet intitulée " La Pêche Miraculeuse de la tenture des Scènes du Nouveau Testament".
                                                                                       la tapisserie la pêche.. à versailles896668-500x367.jpg
     
Sans oublier les artistes-peintres, sculpteurs et architectes qu’il invitera à la Cour de Saint-Pétersbourg. D’ailleurs, plus d’un s’expatrieront en Russie après cette invitation, plus particulièrement Louis  Caravaque et Jean-Baptiste Alexandre Le Blond, architecte du roi.
De ces témoignages lointains sont exposés, entre autre, quelques tableaux de peintres officiels de la Cour de France : une huile sur toile, d’un format impressionnant de Louis Caravaque « La Bataille de Poltava » ; quelques œuvres de Jean-Baptiste Oudry et Jean-Marc Nattier, deux portraitistes de la Cour de France,…
Plus de 150 œuvres remarquables sont à découvrir dont la plupart proviennent des collections de l’Ermitage.
Dans une somptueuse scénographie de Nicolas Adam, cette exposition est aussi le reflet d’un souverain hors normes, ne chaussant que du 39 !... alors que sa stature atteignait plus de 2 mètres. Pour s’en rendre compte, il n’est que de voir exposé, son costume d’été, en parfait état : habit, culotte et veste, qu’il porta lors de son séjour à Paris.
                                                        vue d'ensemble d'une salle ob_2358ad_pierre-le-grand-un-tsar-a-versailles-a.jpg
Mal dégrossi, Pierre 1er ne s'embarrassera pas du protocole de la Cour de France, cependant qu’il fera forte impression sur les français dont Voltaire, qui écrira en substance : " Pierre était mécanicien, artiste, géomètre ".
Quoiqu’il en soit, Pierre le Grand dénommé Le Tsar de toutes les Russies, ce grand voyageur particulièrement inspiré par le modèle français, n’aura de cesse de faire des réformes fondamentales dans son pays.                                                                                                                                                            Et, même s’il eût « un règne très controversé, il aura créé un mythe autour de sa personne », dixit Francine-Dominique Liechtenhan, directrice de recherche au CNRS et conseillère scientifique de l’exposition. Mal connu en France, le règne du monarque fait l’objet d’une étude approfondie dans un livre, sorti récemment, qu’elle a intitulé « Pierre le Grand, le star de la Russie moderne », aux éditions Tallandier.
Pierre le Grand, souverain ambitieux et flamboyant se voyait, paraît-il, en nouvel Alexandre le Grand, alors pourquoi notre célèbre contemporain Vladimir Poutine ne rêverait-il pas d’être le nouveau Pierre le Grand ?...
Une exposition rare à ne pas rater.
--------------------------------------------------------------
*   Grand Trianon du Château de Versailles:                                                                                                                                                                              Réservations : 01 30 83 78 00 / billetterie.chateauversailles.fr
                                                                                            jusqu’au 24 septembre 2017
                                                                                                                                                         Lydie Léa Chaize

14/08/2017
0 Poster un commentaire

L'artiste-peintre MOUNA REBEIZ expose à Londres *

*  ... du 26 Février au 9 Mars 2015 à la " Saatchi Gallery ".

 

« La vie commence avec les femmes et se termine avec les femmes. C’est mon histoire »… Mouna Rebeiz.

 

Si vous avez la chance d’aller voir cette exposition, vous irez à la rencontre d’une artiste-peintre internationale exceptionnelle. Exceptionnelle par la qualité picturale de son travail et par le sujet singulier qu’elle traite sur la toile. Ses nouvelles créations portent sur le thème du  " Tarbouche ", ce couvre-chef, généralement de couleur pourpre, qui   serait le symbole de la virilité masculine au Moyen-Orient.

 

                                                       gros plan mouna rebeiz.jpg
                                                                                                     

    

 Quand on sait que le corps féminin est la source d'inspiration privilégiée de Mouna Rebeiz, on peut envisager la délectation du visiteur à découvrir ses oeuvres inspirées par un imaginaire débordant !

Son parcours est quelque peu atypique, allant d’une maîtrise de psycho à la Sorbonne à un apprentissage de l’Art des techniques auprès de grands noms comme Alix de La Source, conférencière au Musée du Louvre,  Abraham Lincas, professeur aux Beaux-Arts de Paris, le peintre et graveur  libanais Mohammad Rawas.

Oui, le travail de cette artiste est grandiose ! Douée d’un talent exceptionnel, ses tableaux lui ressemblent parce qu’empreints de mystère, là où le corps de la    femme  se voile. Les courbes, les replis et les creux dégagent une sensualité féminine si forte qu’il lui faut contrebalancer cet aspect en coiffant ses modèles d’un Tarbouche « virilisant ».  Alors, la femme n’est pas qu’objet de désir, n’est pas que soumission, elle peut être aussi domination et force !

Tant d’équilibre, d’harmonie et de beauté nous enchantent, la femme est ici magnificence et source de vie. Celle qui mènerait à la transcendance ?

 Mouna Rebeiz, à n’en pas douter, puise son énergie dans sa puissance créatrice, inspirée probablement par la musique  qui la nourrit et, nous offre de passer d’un monde réel à un monde irréel et pourquoi pas ...à un monde spirituel?

Pour l’heure, disons que la plupart de ses tableaux sont de formats impressionnants, jusqu’à 3 mètres de haut. Traités « à l’ancienne », ils témoignent d’une grande maîtrise picturale, l’œuvre de Michelangelo  Merise dit le Caravage ayant fait école, puisque la peinture de Mouna Rebeiz est toute en nuance, toute en clair-obscur, dans une palette de couleurs pleine de mystère - voire d’angoisse - et d’espoir, traitant d’un sujet, La Femme, éternellement obsédant, en Art comme ailleurs…

                                                                      

 

Cette exposition sera suivie d'une vente aux enchères, chez Sotheby's, de tableaux de l'artiste au profit d'une   association qui lui tient à cœur "Innocence en Danger" (innocenceendanger.org), un mouvement mondial pour la protection des enfants contre les abus sexuels.

Simultanément, aura lieu une vente aux enchères exceptionnelle de Tarbouches, conçus par un groupe de designers et d’artistes de renommée internationale, sollicités par Mouna Rebeiz " pour réinventer un Tarbouche dans leur propre 

style, créant ainsi un objet symbolique et beau pour les collectionneurs ". 

 

Mouna Rebeiz, une artiste à suivre. Impératif !

 

 

 

 

                                                                                                                                                    Lydie-Léa Chaize

  

 


20/02/2015
0 Poster un commentaire

ANNE GAISS * ( voir aussi agenda des expositions)

Anna Gaiss, une jeune artiste talentueuse.

 

L’univers particulier de ses tableaux révèle une réflexion philosophique profonde relevant de la symbolique des traditions religieuses anciennes qui émanent de l’Occident et de l’Orient. J’en veux pour preuve les titres de quelques unes de ses toiles « Jardin des délices », « Monde flottant », « Ganesha »,…

L’être humain doté de conscience est en constante évolution, parfois même se plongeant dans ses propres profondeurs il est également en constante mutation et… de chrysalide, il devient papillon d’où le titre d’un tableau « Métamorphose ».

 

Anne Gaiss nous ravit parce qu’elle peint avec  son intelligence, son cœur et son âme… Ses envolées lyriques, dans des tourbillons de couleurs châtoyantes, nous enchantent et nous transportent de joie.     

Et comment ne pas penser à Jérôme Bosch tout particulièrement quand on découvre le tableau intitulé « Jardin des Délices » ? La parenté ne se situant pas uniquement dans l’évocation du titre mais dans cet univers fantasmagorique et fantastique jusque dans la facture même du travail de l’artiste.

Magnifique travail que ces collages sur du papier ancien, que ces assemblages d’encre et de dessins au crayon, que ces vernis et ces huiles superbes sur toile !

Tout un monde ésotérique constellé de corps célestes, de personnages mythologiques et de divinités païennes.

Cette exposition est aussi un festival d’Histoire Naturelle par la composition de certains tableaux aux corps torturés composés d’éléments minéraux et végétaux.

Un retour à la Nature, chère à Rousseau.

En substance, nous dit Anne Gaiss : « Mon univers s’inscrit dans chaque fleur, dans

chaque fruit pour devenir femme et inversement. La femme quitte le giron de sa mère pour retrouver la Mère Universelle, source de toute vie et de toute création ».

 

Ici, l’artiste nous présente de belles œuvres métaphoriques, ô combien oniriques! D’où émane une intériorité évidente.

Kandinsky a écrit : « L’artiste doit être aveugle vis-à-vis de la forme reconnue ou non reconnue, sourd aux enseignements et aux désirs de son temps. Son œil doit être dirigé vers sa vie intérieure

et son oreille tendue vers la voie de la nécessité intérieure ».

N’est-ce pas là tout l’enseignement qu’a retenu Anne Gaiss ? A qui noussouhaitons une belle et fructueuse route.

Partez pour un moment magique d’évasion ! Une invite dans un bel espace orchestré avec Amour et Passion pour l’Art par Arnaud Bard.

 

*  F.A.E Galerie « L’Atelier » 92 avenue jean-Baptiste Clément      

    92100 Boulogne. Tél : 06 70 77 36 47. Site Web : www.fae.fr

    Jusqu’au 31 mai 2012



 Ganesha_A__GAISS.jpgGANESHA

  
  
  
  
  
  
  
 

 
 


03/02/2014
0 Poster un commentaire